lundi 21 avril 2014

في شهداء و جرحى الثورة وحرق المراكز



 مذ تمّ اصدار الحكم في قضايا قتلة الشهداء و اللغو و اللغط قائمين و كالعادة مضى هذا يكيل التهم لذاك و كالعادة اخترنا التهجم على بعضنا البعض عوض مراجعة حساباتنا و تقييم ذواتنا المعوجّة الى يوم الدين
الرسالة كانت واضحة لقد حلمتم لمدّة 3 سنوات و ان الوقت لتستيقظوا من سباتكم العميق و
.تنسوا انّكم ثرتم او حاولتم ان تثوروا او سمّو ما حصل ما شئتم
و بدات التاويلات و عدنا الى مرحلة هل ما حصل ثورة ؟ هل من ماتوا شهداء ؟ و بدا هواة نظريات المؤامرة يفحموننا برواياتهم و قصصهم و بدات الروايات المختلفة و بدا التشكيك في الجرحى و الشهداء فهذا سارق و ذاك وقع اطلاق النار عليه وهو يقتحم بنكا او قباضة مالية و بدا الحديث عن قناصة كانوا قطريين في بعض الروايات و سويديين و امريكان في روايات اخرى و نسوا انّه في عهد بن علي لا يطؤ ارض البلاد شخصا قبل ان يعرف اصله و فصله و اذا ما صدّقنا رواياتهم فمن دخل ترابنا دخله بتواطئ من بعض من ابنائنا الذين خانوا العهد
و بدات الروايات على طريقة طارق رمضان ووصف ما حدث في بلادنا بالمؤامرة نعم فلقد تامر البوعزيزي مع الغرب و ابرم معهم صفقة وعدهم من خلالها بحرق جسده ليفجّر ثورة
و تهجّم البعض على محامي الشهداء و الجرحى و اتهمهم بالمتاجرة بالام الناس و غيرها و ذلك دون
معرفة معاناتهم و تضحياتهم الجسام من اجل اعلاء صوت الحق
و لا استغرب وقاحة هؤلاء فلما كان عدد من ابناء هذا الوطن يواجهون القمع و الرصاص بصدورهم العارية كانوا هم مختبئين في جحورهم تفزعهم حشرجة اوراق اشجار حدئقهم و تجعل اسنانهم تصطك خوفا
و كانت بعض النقابات الامنية مثالا للوقاحة و نكران الجميل فبعد شطحتهم المتعلقة بالنقطة السابعة من البيان الذي اصدروه بعد احداث سيدي علي بن عون و التي كانت تطالب باطلاق سراح من اوقفوا في قضايا الشهداء مستغلين طيبة ابناء الشعب و خوفهم من الارهاب و تضامنهم مع المؤسسة الامنية . و خرجوا علينا اليوم بنفس الوقاحة مدافعين عمّن ظلمهم و عمّن ورّط
منظوريه من الاعوان المامورين من خلال تعليمات بالقتل و استعمال الرصاص لقمع التحركات الاحتجاجية الشعبية ناسين انّ بعض ابنائهم كانوا من الشهداء في تلك الاحداث و انّ من يدافعون عنهم قد خضبت اكفهم من دماء الشعب مدنيين و امنيين . و كانت بعض النقابات وراء روايات ان الشهداء قطاع طرق و سراق و مخربين و مشاغبين و نسوا انّه لولا هؤلاء لما كانت هناك نقابات و لا كان لهم الحق في المطالبة بحقوقهم و الاصداع بمواقفهم بهذه الطريقة البذيئة و نسوا انّ فعل السرقة لو افترضنا انّ ما قالوه صحيح لا يعاقب مقترفه بالقتل و نسوا انّهم كانوا و لا زالوا العصا الغليظة التي يستعملها اللصوص الحقيقيون و مغتصبو البلاد ليقمعوا كلّ من يدافع عن الحق و على ابناء هذا الشعب وهم منه
نسوا انّه في كلّ مرّة يستعملون كبيادق ليتنصّل من استعملهم عندما بحين وقت الحساب من المسؤولية و يلقيها على عاتقهم و تصريحات لعريض الخيرة خير دليل على ذلك

و في مقابل اطلاق سراح القتلة و المجرمين  انطلقت حملة شعواء لايقاف و اسكات كل نفس ثوري ساهم في ما وقع بطريقة او اخرى و قد شملت حملة  و ايقافات و محاكمات العديد ممّن تحرّكوا ايام الجمر و واجهوا القمع الامني و العسكري  و تضمّ القائمة الاولية الاسماء التالية و لا شك في انّ اعداد الاشخاص التي تشتمل عليهم مرشّح للارتفاع بين الفينة و الاخرى . 


حلمي الشنيتي أخ الشهيد غسان الشنيتي : تالة : التهمة حرق مركز 
.
عصام عمري : أخ الشهيد محمد عمري : تالة : التهمة حرق مركز 
..
الجريح علاء حيدري : منزل بوزيان : تهمة تنظيم وفاق والإعتداء على عون أمن
 .
الناشط صفوان بوعزيز : منزل بوزيان .: التهمة تنظيم وفاق وحرق المركز 
.
الجريح جهاد مبروك : الشابة : التهمة إعتداء بالعنف
 .
الناشط بلال عماري : منزل بوزيان : التهمة حرق مركز 
.
الناشط : حمزة بن سعيدي نصري : منزل بوزيان : التهمة حرق مركز

الناشط -فريد بن محمد سليماني : منزل بوزيان : : التهمة حرق مركز

الناشط -جهاد بن عمر نصري : منزل بوزيان : : التهمةحرق مركز

الناشط -ياسين بن نصر حيدوري :منزل بوزيان : التهمة : حرق مركز

الناشط : -عادل بن مختار عماري :منزل بوزيان : التهمة : حرق مركز

الناشط -نجيب بن خليفة بكاري : منزل بوزيان : التهمة: حرق مركز

الناشط -شوقي بن خليفة بكاري :منزل بوزيان : التهمة: حرق مركز

.. الناشط محمود غزلاني : جلمة : التهمة حرق مستشفى

نشطاء من المكناسي : مازلت ما تحصلتش على اسمائهم : مسجونين : التهمة : حرق مركز

شباب أم العرايس : التهمة :  حرق  مركز .

و قد اطلق ناشطو الانترنات حملة مساندة لمن تم ايقافهم و اسمها حتى انا حرقت مركز  


 و يعرفها اصحابها كالتالي :

السلطة, النظام و أحزاب الخيانة و الغدرة يحاكموا في الثوار,يحاكموا في ولاد الشعب,
 لفق تهمة,ركب قضية, حرق مركز, تكوين وفاق. يحاكموا في الثورة, يحاكموا في البطال يحاكموا في الشهداء يجاكموا في الزوالي. 
هاذي صفحة الحراقة ما خطرناش نحرقو رواحنا أما كل واحد فيها خطار يحرق الحقارة و السمسارة و السراق و الطحانة و الصبابة و القفافة و كلاب الدم و مراكز السلطة و النهب و القمع و التعذيب.
رسالتنا للداخليةو عصابات السلطة
أنا حرقت مركز، و حرضت على حرق مراكز، و ساهمت في الإشهار لأولى عمليات حرق المراكز، و مادام البوليس يحط روحو، مع القاضي و السراق، فوق من مرتبة المواطن، مادام كل باش نشوف لحظة سياسية سانحة، ننجمو نتواجهو فيها، نحرق مراكز و نساهم في حرق مراكز و نحرض على حرق مراكز.
#حتى_أنا_حرقت_مركز

 هذا رابطها على الانترنات  حتى انا حرقت مركز 




للاسف لم يستوعب الكثير منا الدروس و لم يحاولوا التغيير من انفسهم و لكن سياتي ذلك اليوم

و سيكون الوقت متاخرا و سيجرفهم  الطوفان و سيكون مكانهم مزبلة التاريخ

jeudi 17 avril 2014

Témoignage: un couple de fondamentalistes nous pourrit la vie !

Je publie ici un témoignage  d'une lectrice qui désire se présenter sous le nom de Aida : 

Au début, c’est une histoire banale qui se déroule dans la banlieue sud de Tunis : un couple de locataires qui cesse de payer son loyer et le propriétaire qui porte plainte. Sauf que cette histoire révèle l’influence grandissante et l’infiltration des fondamentalistes musulmans dans nombre de rouages de l’état (police, garde nationale, administration…) ainsi que dans la vie quotidienne des quartiers populaires. Cette histoire, qui est arrivée à mon père entre le 3 et le 14 avril 2014, en est une parfaite illustration.

Je ne veux pas parler de mon père en tant que « mon père » mais en tant que citoyen tunisien, fier de son pays et plein d’espoir après la révolution du 14 janvier 2011.  Un citoyen tunisien auquel on a toujours reproché d’être aussi un citoyen français, et à qui on reproche aujourd’hui d’être  un musulman laïc, c’est-à-dire un citoyen qui considère l’Islam comme un héritage culturel et spirituel, un citoyen qui prêche la tolérance, la liberté du culte et la société civile. 

Nous avons eu la chance, mon frère, ma sœur et moi d’être nés en France et d’y avoir grandi ce qui  nous a permis, ainsi qu’à mon père, d’acquérir une petite maison que nous utilisons pendant les vacances d’été ou pour nos amis de passage. Nous louons l’étage les neuf autres mois de l’année et mon père se réserve l’appartement du rez-de-chaussée qu’il occupe lors de brefs séjours.

A la fin du mois de septembre 2013, un couple de jeunes Tunisiens s’est présenté pour louer l’appartement. Ce couple présentait tous les signes ostentatoires des musulmans fondamentalistes. Le mari a, entre autres, une longue barbe et la femme porte une sorte de niqab. Pour mon père, cela ne devait pas faire l’objet d’une discrimination : que chacun vive comme il l’entend et laisse les autres vivre aussi à leur façon, dans un respect mutuel. Pour cette raison il n’a pas hésité à leur louer l’appartement. 

Cependant, à chacun de ses courts séjours en Tunisie, le couple s’est montré très pressant pour le convertir à sa vision de l’Islam et a tenté de s’immiscer dans sa vie privée. Devant le silence serein de mon père, le couple a commencé à répandre dans le quartier de fausses rumeurs en vue de nuire à sa réputation – il a épousé une femme française qui ne s’est jamais convertie à l’Islam et qui vit en France parce qu’elle est raciste, ses filles qui habitent en France ne parlent pas l’arabe, ne pratiquent pas l’Islam et ont des amis infidèles… Le couple reproche également à mon père de ne pas faire la prière et de décliner chaque invitation du mari à aller à la prière du vendredi à la mosquée.

Mon père ne se laisse pas impressionner. Il reste calme et courtois. Le couple se montre alors plus agressif, etlors de son dernier séjour en Tunisie, du 25 au 31 mars 2014, mon père constate que plusieurs mois de loyer n’ont pas été payés, que les serrures du portail ont été arrachées et beaucoup de plantes du jardin vandalisées. Durant ce séjour, des ordures sont jetés dans le jardin, et le mari menace de provoquer un incendie « accidentel » de la maison. Mon père se plaint de cet harcèlement et de ces menaces à la garde nationale mais il se heurte au refus des agents de noter ses griefs dans le registre des plaintes.

Il décide alors de porter plainte auprès du Procureur de la République pour déloger les locataires. Mais le couple fait jouer son réseau de fondamentalistes religieux pour poursuivre leurs intimidations et surtout détourner certains agents des forces de l’ordre de leur devoir de neutralité et d’impartialité. 

Respectant les procédures judiciaires, mon père adresse un courrier au Procureur de la République et il obtient une audience avec lui au début du mois d’avril. À la suite de cette audience, le procureur ordonne une enquête. Dès le lendemain, le 9 avril – jour férié – le couple fondamentaliste, informés on ne sait trop comment, réplique en demandant main forte à son réseau familial. Ils organisent un esclandre dans la rue durant près de deux heures (ce qui en tunisien s’appelle chouha) à propos de l’« immoralité » et de la « diablerie » de mon père. Malgré les appels téléphoniques répétés de mon père aux forces de l’ordre, et le fait que le poste de la garde nationale soit à moins de 1km, les agents tardent à se déplacer (combien de temps). 

Le lendemain, 10 avril, le couple fondamentaliste, accuse mon père d’avoir cambriolé leur appartement, appuyé par des témoins oculaires qui auraient vu mon père réaliser son méfait. Cette fois, c’est avec zèle et promptitude que les agents de la Garde Nationale viennent fouiller l’appartement de mon père sans présenter d’autorisation officielle. Ils n’ont évidemment rien trouvé pour inculper mon père. Mais le plus étrange c’est que les agents n’ont pas pris en compte ce qui s’était déroulé quelques nuits plus tôt…

En effet, dans la nuit du 3 au 4 avril, mon père entend des bruits dans l’appartement du dessus et aperçoit des personnes transporter des choses. Il appelle alors la Garde Nationale aux environs de minuit pour signaler ces intrus. Après plusieurs appels (il a d’abord utilisé son portable puis son fixe, on peut facilement vérifier l’exactitude de la date et des horaires de ses coups de fil par les Télécoms), un groupe d’agents finit par se déplacer, constate l’effraction et entre dans l’appartement des locataires accompagne de mon père. Puis, les agents partent parler à certains voisins que mon père peut citer au besoin. Voir des gardes nationaux vers minuit n’est pas banal et on s’en souvient !

Cependant, cette intervention ne figure pas jusqu’à présent sur les registres de la Garde Nationale. Le 11 avril mon père est convoqué à 9 heures du matin au poste de la Garde nationale, accuse d’avoir cambriolé ses locataires « bons musulmans ». Son interrogatoire dure plus de deux heures. Mais lorsqu’il renvoie aux incidents de la nuit du 3 au 4 avril, il constate que l’intervention de la Garde nationale n’a pas été enregistrée. Après une perquisition chez lui il est libéré à 12h30.

Mais trois heures plus tard, une fourgonnette de la Garde Nationale s’arrête devant chez mon père pour une nouvelle convocation : cette fois l’épouse du couple fondamentaliste porte plainte contre mon père pour harcèlement sexuel ! Elle révèle soudain, et seulement à ce moment-là, que depuis le mois de septembre (le début de la location) mon père n’a pas arrêté de lui faire la cour de façon très insistante à chacun de ses courts séjours. Pire, un soir, vers 23 h, constatant l’absence de son mari, il serait même venu solliciter des faveurs charnelles.

Maintenant, cette « histoire » n’a plus rien de banale.

Mon père ne compte pas se laisser faire et a pris un avocat. Il veut faire de ce cas un combat pour la tolérance et contre le fondamentalisme religieux. Mon père et moi témoignons de cette situation pour attirer l’attention des nouveaux responsables tunisiens de la justice et de la sécurité sur ces faits qui reflète l’influence croissante de l’intégrisme religieux dans l’administration et la société tunisiennes. Pour soutenir l’un des leurs, certains fondamentalistes se permettent de témoigner de façon mensongère et calomnieuse contre quelqu’un désigné comme infidèle. Ils menacent la Justice et l’intégrité de l’institution judiciaire. Nous témoignons pour que les nouveaux responsables tunisiens puissent intervenir dans le sens d’une justice civile. Pour leur signifier que la justice ne doit pas être perturbée par le désir de discriminer les citoyens qui n’affichent pas leur morale religieuse. 



L’affaire est en cours et mon père et moi continuerons de témoigner de la suite des évènements. 

samedi 5 avril 2014

Elucubration





Lundi dernier j'étais devant le palais de justice pour suivre le procès des policiers accusés du viol de Myriam. Les heures s'écoulaient et je voyais des visages familiers qui nous rodaient autour.

Des visages familiers , disparus pendant 3 années pour réapparaitre ces derniers jours. Il s'agit bel et bien des sbires de Ben Ali. Des visages qui ont survécu et ont bénéficié d'une impunité totale malgré leurs dépassements et crimes innombrables . 



©TunisianGirl photo de mes archives Palais de justice décembre 
2010
Certes des personnes, adeptes des théories du complot et de la conspiration vont m'accuser de trahison . Ils vont me dire ce n'est pas le moment d'en parler le pays a besoin de stabilité. 
Je serais traitée de tous les noms , les doigts me pointeraient, les accusations m'inonderaient mais je maintiendrai ma position. 

Ces personnes doivent être interrogées , questionnées, traduites devant la justice et c'est le cas pour celles qui ont aidé le régime dictatorial à durer et à prolifèrer …

Les voir sur des plateaux TV nous donnant des leçons et feignant le rôle des héros est si dégoutant et répugnant. 

Les archives de ce qu'on a eu l'habitude d'appeler la police politique doivent être ouvertes .Ceux qui ont torturé , qui ont battu , qui ont violé la vie personnelle et l'intimité de tout tunisien et de toute tunisienne doivent être jugés. Chacun doit assumer ses responsabilités.

Critics want justice for Myriam after rape trial in Tunis


Defenders of Myriam, the Tunisian girl who was raped by three policemen, have mixed feelings after Monday's trial. They claim the victim is still getting the blame.


To read the article: here 

lundi 31 mars 2014

Viol de Myriam Ben Mohamed : Condamnation des Policiers.

Aujourd'hui nous étions une poignée de personnes à nous rassembler devant le Palais de Justice pour soutenir la fille violée par des policiers en Septembre 2012 et connue sous le nom de Myriam Ben Mohamed . Des centaines de personnes ont pourtant confirmé leur présence devant le tribunal  en réponse à un  appel fait par l'Association Tunisienne des Femmes démocrates pour soutenir Myriam dans son calvaire qui dure depuis presque deux années. Mais la différence devant l'engagement virtuel et le vrai engagement devient frappante ces derniers temps. Les gens préfèrent  résumer leur   militantisme dans  des statut Facebook ou dans le partage d'une publication révolutionnaire. Appuyer sur un bouton semble être suffisant pour eux.

La nature nous a joué l'un de ses tours aussi et ils plu des cordes mais nous avons tenu à faire notre rassemblement. A un certain moment les policiers ont essayé de nous éloigner du tribunal mais nous avions réussi à résister face à leurs menaces. Nous avons aussi eu droit à des insultes venant de certains passants. 










Selon les avocats le juge a été très agressif en s'adressant à Myriam et les accusés ont complètement nié les faits. Leur avocat est allé plus loin en précisant que Myriam a déjà eu beaucoup de relations sexuelles avant le dit viol commis par les policiers et comme si cela niait leur implication ou justifiait leur crime affreux. 


Après toute une journée d'interrogatoires et de plaidoiries la chambre criminelle auprès du tribunal de première instance a condamné deux policiers  accusés d’avoir violé la fille Myriam à sept ans de prison alors que le troisième a été condamné à une peine de deux ans de prison assortis d’une amende de 20 mille dinars pour avoir tenté délibérément de corrompre un fonctionnaire public.

Certes les flics ont été condamnés à une peine d'emprisonnement mais ce qui m'inquiète toujours c'est la réaction d'une grande partie de la société tunisienne face au viol . Pendant un peu plus de 24 heures j'ai eu droit à des insultes en guise de commentaires sur mes statuts soutenant la fille violée. La victime du viol est dans la majorité des cas perçue comme une fautive  et elle est placée sur le banc des accusés. De plus La majorité des filles violées ainsi que leurs familles préfèrent  ne pas porter plainte pour éviter les "scandales". En fin la majorité des hommes pensent que les femmes sont la cause de leurs propre viol: elles portent des vêtements  provocants ou elles sont sorties seules la nuit sont les arguments utilisés pour justifier le viol. 

Le viol reste un crime injustifiable et impardonnable et la honte doit changer de camp ! 



samedi 29 mars 2014

Le Musée Océanographique de Salammbô nécessite un peu d'attention !




Cet après-midi je me suis retrouvée par hasard  au  musée océanographique de Salammbô. J'ai fait la visite de tout le musée et j'ai eu mal au coeur. Tout semblait lugubre,sombre et triste. La poussière couvrait tous les objets et toutes les collections exposées au public. L'eau des bassins consacrés  aux poissons et aux tortues était trouble. Des mégots de cigarettes flottent à la surface de l'eau. Les vitres des aquariums étaient sales et rayées  et on pouvait à peine voir les poissons. Même les poissons étaient tristes. Les inscriptions sur les étiquettes des bocaux consacrés à la préservation d'espèces rares de poissons étaient  illisibles. 









Ce musée considéré comme le musée principal de la mer en Tunisie et fondé depuis 1924 nécessite un peu d'attention de la part de nos officiels. Ce fut l'un des plus beaux sites de Tunisie .Son état actuel est désolant. Il faut agir rapidement pour le sauver et pour pouvoir l'exploiter convenablement et pour permettre à nos enfants d'aimer la mer et ses créatures dans la joie et la gaité. 

vendredi 28 mars 2014

ارهاب "مش وقتو"

سكنتني الرغبة في  كتابة هذا النص منذ أشهر لا بل منذ سنوات . نعم فلقد مضت ثلاث سنوات على خروج الدكتاتور من تونس لكن دار لقمان بقيت على حالها أو دعوني أقول ساءت أحوالها و لكن هذا ليس موضوعي هنا.موضوعي هو عبارة :مش وقتو التي صارت فلسفة و سياسة و فكرا و ارهابا.فقد درجأغلب التونسيين على استعمالها و اللجوء اليها بعد 14جانفي  2011و عشقها السياسيون و التجؤوا اليها للتخلّص من هذا المأزق أو ذاك 

و دعوني أذكّركم بتعالي أصوات العديد من السياسيين رافضين الخوض في مسألة التطرّف و التشدد الدينيين مع ظهور أولى بوادرهما. فكانت الهجمة على سينما أفريكار في صائفة 2011 عند عرض فلم نادية الفاني "لائيكية ان شاء الله "أو "لاربي لا سيدي" و تعمدت مجموعة من المتشددين الهجوم على قاعة العرض وسط صمت امنيّ رهيب و عندما حاول 
البعض التحذير من خطر هؤلاء تمّ اتهامه برفض الاخر و كانت تعلّة مش وقتو أي هذا ليس وقت الخوض في هكذا مواضيع و كان الامر كذلك عندما تمّ الاعتداء بالعنف على مسرحيين و سنمائيين و فنانين بصفة عامّة  فأغلب السياسيين وقتها كانوا  يفكّرون بالاصوات الانتخابية و بعدد المقاعد التي سيحصدونها  و تناسوا مستقبل بلاد باكملها فكان  خيارهم مسايرة موجة التديّن التي سيطرت على البلاد لسبب أو لاخر . ففجاة تذكّر أغلب التونسيين ضرورة البحث عن هويتهم و خال لهم انّ  دينهم مهدّد من كلّ النواحي و نسوا انّنا متعدّدون و مختلقون و متعايشون رغم ذلك لقرون و قرون .  و مضى سياسيونا 
يستعرضون علينا مدى تديّنهم و انبرى كلّ واحد يقدّم نفسه على انّه حامي الحما و الدين 
.
 ثمّ كانت قضايا تتعلّق بحرية التعبير  و لعلّ اشهرها تبقى قضيتا " امينة فيمن " و قضية جابر الماجري حيث تفادت اغلب الاحزاب  و حتى المنظمات الحقوقية الخوض في المسالتين خوفا على اصواتها الانتخابية . نعم مرة اخرى كانت "مش وقتو "حاضرة و كانّ حقّ الانسان في ممارسة حرية التعبير التي تعتبر حقّا من الحقوق الاساسية للانسان يجب ان يكون مرتبطا بوقت ما و كان الادهى و الامرّ انّ بعض الاحزاب التي تسمّي نفسها تقدمية و ديمقراطية  تهجّمت على من دافعوا على الشابة و الشاب التونسيين حتى و ان اختلفوا معهما لكنّ المسالة مبدئية . فقد بلغني  مثلا انّ ابناء  بعض الاحزاب اليسارية مثلا كالوا لي الشتائم لا لشيء سوى لانّني دافعت عن جابر أو امينة و طبعا انا هنا لا اربط التقدمية بالعري و لا بالالحاد و لا بغيرها مما  يعتبر تابوهات في مجتمعاتنا الشرقية  و لكنّ مساندتي للشابين مرتبطة بايماني الشديدي بانّ لكلّ شخص الحقّ في التعبير عن رايه بالطريقة التي يشاء مادام لم يعتد على احد 

و اليوم صارت فلسفة "مش وقتو" فلسفة شعب كامل  فمؤخّرا و لمّا خرج بعض أبناء وطني في مسيرة سلمية مناهضة . للعنصرية  خرج بعضهم علينا يتهمونهم بالسعي الى خلق المشاكل و تشتيت المجهودات  و اخبرونا انّ لاوجود للعنصرية 
في بلادنا رغم تعدّد اخبار  حوادث اعتداءات  عنصرية 

 و مع تنامي ظاهرة الارهاب و انتشارها في تونس أصبح الحديث عن تجاوزات الامنيين امرا محظورا فما ان يتحدّث احدهم عن تعرّض فلان او فلتان الى الضرب او الاهانة من قبل امنيين حتى تتعالى أصوات بعبارة "مش وقتو" فهعم  يحاربون الارهاب و يجب مساندتهم و الوقوف الى جانبهم . و هنا تطرح العديد من نقاط الاستفهام فهل قيام  الامنيين بواجبهم داع للسكوت امام تجاوزات فئة من الامنيين لازالت تعيش بعقلية العنف و التعذيب و الطغيان ؟  يجب ان نساند من يحمون الوطن و لكن يجب ايضا ان لا نظلّ مكتوفي الايدي امام من يعتدون على ابناء الوطن مجانا . 

و تتعدّد الامثلة التي صارت فيها فلسفة " مش وقتو" طاغية  فوّلد الصمت عن هجمات اعتبرها البعض هجمات نادرة لمجموعات صغيرة   ارهابا خلّف لنا شهداء في صفوف المدنيين و الامنيين سواء و لم يجن السياسيون الذين شاركوا في ذلك بصمتهم المقاعد التي حلموا بها … 
و تواصلت الممارسات الخاطئة لبعض الامنيين و زادت حدّتها بفضل فلسفة مش وقتو هم يقاومون الارهاب فاغمضوا اعينكم امام تجاوزات بعضهم 
وتعددت القضايا المتعلقة بحرية التعبير و طالت صحافيين و مدونين و مواطنين و فنانين بفضل سياسة و فلسفة مش وقتو ايضا 

و نسي اغلبنا انّ حقوق الانسان ليست مرتبطة بزمان او مكان و نسى اخرون انّ المسالة ليست مسالة حسابات انتخابية  و مقاعد زائلة بل هي مسالة مبدا   فان تخلّيت عن جزء من حريتك في وقت ما فكن متيقّنا انّك ستخسرها كلّها في وقت ليس بالبعيد و تاكّد انّ الصمت عن جريمة ما هو مشاركة فيها وانّ الساكت عن الحقّ شيطان اخرس . فيكفنا من المهاترات و لندافع عن الحقّ و عن حقوقنا و حرياتنا للدفاع عنها و انطلاقا من ايماننا  بها و ليس من اجل حسابات و اكراما لتحالفات  
.و صداقات و انتماءات فهذا وقتو و نص 

jeudi 27 mars 2014

"Le Challat de Tunis" un film de Kaouther Ben Hania

Dimanche dernier j'ai été invitée à une projection restreinte du film "Le Challat de Tunis " de la jeune réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hnia . 

Le film nous ramène à une époque que nous avons vécu il y'a un peu plus de dix ans . L'époque du "Challat" qui a privé bon nombre d'entre nous de sommeil … une époque ou la réalité et les rumeurs nous ont fait vivre un cauchemar. Une histoire dont tout chacun a parlé mais dont personne n'en a connu la fin ou le dénouement. "Le Challat" n'a jamais été arrêté. Mais notre réalisatrice  part à sa recherche. 

Le film s'ouvre avec une scène à laquelle la majorité des cinéastes, documentaristes, journalistes, blogueurs, activistes ont déjà eu droit.  Notre jeune réalisatrice commence son voyage à la recherche du "Challat de Tunis" devant la prison de Mornag ou les gardiens l'empêchent de filmer malgré l'autorisation de tournage  qu'elle brandissait.  
 Le gardien parle d'ordres et d'instructions et c'est un premier clin d'oeil à un changement qui tarde à venir. Les habitudes et les pratiques ne changent et n'évoluent pas. Une caméra ça choque, ça fait peur et ça dérange. Que cache t'on derrière ces murailles? 

Et le voyage se poursuit . Le documentaire et la fiction se confondent mais les messages passent clairement . Dans un café populaire réservé aux hommes les propos des hommes choquent ou je dirais me choquent . Pour eux le crime du Challat est justifiable : 

ـأنا راجل تحبني ما عنديش غريزة ؟ 
Je suis un homme comment pourrais je me retenir  ?
ـ نخزر لنسا تونس كل قحاب 
Je  considère que  toutes les femmes  tunisiennes  sont des pûtes 
ـ الطفلة اللي ما تحترمش روحها لازمها تتشلّط 
La jeune fille  qui en se respecte pas  devrait être   blessée avec une lame . 


La réalisatrice  lance un casting pour retrouver le  "Challat" . Elle colle  des annonces partout en priant le challat de l'appeler . Pendant le casting une dizaine de jeunes hommes se présentent en se proclamant "challat" mais l'un d'entre eux Jalele  s'attaque  à la réalisatrice verbalement en expliquant qu'il est le vrai "challat " que le rôle doit lui être  accordé parce que c'est lui qui a été vraiment arrêté , torturé par la police , a comparu devant la justice.

En vérifiant avec les autorités concernées il s'avère que la personne arrêtée  est Jalel et notre réalisatrice part à sa recherche dans son quartier populaire . Mais est ce le vrai "Challat"? 


La réalisatrice poursuit sa recherche. Elle suit Jalel dans son quotidien et le documentaire et la fiction s'enchevêtrent . 



Le film critique une société patriarche et conservatrice  qui considère la femme comme un être inférieur qui doit être surveillé et protégé  par  les hommes ou par les êtres de sexe masculin . Le corps de la femme est perçu comme une propriété commune que tout les citoyens doivent surveiller . La femme n'est pas libre de son corps et doit le protéger . 

Le "Challat " devient un jeu vidéo ou le "Challat" s'attaque seulement aux femmes sans voile . Celles qui le portent s'épargnent la blessure aux fesses du fou furieux . Un homme religieux consulté par le créateur du jeu lui assure que le but du jeu est noble et qu'il peut le lancer. 


"Le vierginomètre", un appareil crée par une femme d'affaires  pour détecter si une femme et vierge ou pas avant la mariage est un autre volet de notre histoire. 

Le film dépeint  les maux et les maladies d'une société toujours à la recherche de son identité , une société dont les valeurs changent si rapidement .

Les témoignages de femmes attaquées par le "Challat" sont si émouvants. L'une des victimes parle de blessures engendrées par la langue , par les paroles et estime qu'ils sont aussi  douloureux  que ceux engendrés par la lame  du " Challat" . 

Un film intéressant à voir dans les salles tunisiennes prochainement ( à partir du 1 er Avril) .





jeudi 20 mars 2014

J'ai tué Jihed

Un jour j'ai été contacté par la grande écrivaine et militante féministe algérienne  Wassyla Tamzali pour écrire un texte dont le fil conducteur est "Les histoires minuscules des révolutions arabes."




Et c'est ce que j'ai fait . Mon petit texte intitulé "Jihed" était L' histoire classique du  jeune héros qui se fait tuer par balles en essayant de sauver la vie d'une jeune fille en pleine révolution. Les faits se déroulaient dans un petit village du coté de Sidi Bouzid. En écrivant mon récit je pensais à Regueb quant au titre qui est aussi le nom de mon personnage principal était celui de Jihed , un des blessés de la révolution que j 'avais rencontré l'un de ces jours au Ministère des Droits de l'Homme. En effet, face à l'indifférence des différents gouvernements transitoires, les blessés de la révolution y ont entamé à l'époque un sit-in pour réclamer leurs droits à des soins adéquats qui leur permettraient de reprendre une vie relativement normale. 

Jihed blessé par une balle au cou le  26 Février 2011 alors qu'il manifestait pacifiquement avec des centaines de jeunes Tunisiens, n'a jamais réussi à acquérir ses droits et je parle ici du minimum c'est à dire le droit aux soins. Il a frappé  à toutes les portes en vain. Il a fait des petits boulots pour pouvoir acheter les médicaments qui lui permettaient de lutter contre les douleurs qui déchiraient son corps et hantaient ses nuits.Mais il n 'a jamais réussi à garder  son poste à cause de ses problèmes de santé. Jihed n'a jamais perdu l'espoir. Il a toujours gardé son sourire et a toujours été présent dans toutes les actions défendant ou célébrant la Liberté. 

Cependant son calvaire semble ne pas avoir de fin. Jihed s'est vu collé un procès. On l'a accusé de faits et de crimes qu'il n'a jamais commis. Jihed a été condamné à une peine de prison pour un crime qu'il n 'a pas commis puisqu'il était toujours alité au moment des faits. 

Jihed refusant de perdre sa liberté qu'il chérit  tant a décidé de quitter le pays pour ne pas purger cette peine qui lui volera sa liberté et ses rêves. 

Aujourd'hui Jihed vit dans des conditions déplorables et je me sens coupable. Je me suis coupable face à mon incapacité de lui tendre la main et de l'aider . 

J'ai tué Jihed deux fois . La première fois c'était dans mon texte et la deuxième fois en étant dans l'incapacité de l'aider. 

Jihed n'est pas la seule personne a être dans cette situation. Des milliers de nos blessés de la révolution vivent toujours dans une situation alarmante. Certains d'entre eux sont même passés du statut de blessé au statut de martyr !

Entre temps nous nous "entretuons"… nous nous insultons les uns les autres en oubliant les vrais objectifs de notre révolution .

lundi 17 mars 2014

Nostalgie /Nostalgia









Simone de Beauvoir qui a déclaré que Djerba :« c'est l'endroit le plus silencieux du monde ».
Simone de Beauvoir described Djerba as one of the silent places in the world with an air so mild that it prevents you from dying.” 
Commençons notre journée en beauté .